Vorticidad, Penser la création locale dans un monde globalisé

octobre 22nd, 2014 § 0 comments

De la Suisse au Mexique

L’initiative vorticidad a été lancée, en 2014, à Berne et à Zürich par l’association art-werk et un groupe de jeunes curateurs et historiens d’art passionnés par la scène artistique hispano-américaine. Au fil d’interviews et de conversations au Mexique comme en Suisse, elle vise à partager les initiatives artistiques et curaltoriales d’exceptions et à les relayer de manière inédite sur son nouveau portail Internet. Cette étape de recherche et de diffusion ouvre la voie à l’organisation d’une série d’expositions vectrices de découvertes pour le grand public et d’échanges entre artistes et curateurs des deux régions.

1ère étape : Dialoguer, Cartographier
Face à l’éclosion de pôles de création artistique, disséminés sur tous les continents, le curateur – observateur et médiateur – est devenu un des protagonistes incontournables pour refléter et diffuser les œuvres et projets novateurs. Les collaborateurs de vorticidad ont minutieusement sélectionné certains d’entre eux afin de les rencontrer sur place. Choisis pour avoir réalisé des expositions aux formats innovants et pour leurs connaissances du tissu artistique local, ils sont invités à détailler ces projets, à présenter leurs visions sur la possible hétérogénéité culturelle, au sein d’une société globale et à proposer une sélection de 3 à 6 artistes plasticiens actifs dans leur pays. Au fur et à mesure des interviews et conversations avec les curateurs puis avec les artistes proposés, le site Internet vorticidad.org cartographie et présente la quintessence de la diversité de création.

2ème étape : Médiatiser, Exposer
Durant la phase de recherche théorique, les rencontres sur le terrain et les discussions internes entre les curateurs et historiens de l’art de vorticidad, des concepts d’expositions destinés aux institutions et aux galeries d’art sont élaborés. Entre 2015 et 2017, un choix de ceux-ci pourra être réalisé, aussi bien dans un musée publique que dans des galeries d’arts, des deux pays. Le site vorticidad.org (en ligne dès la fin-décembre) offre, par ailleurs, un outil aux institutions, galeristes et commissaires d’expositions, qui facilitera la rencontre de futurs interlocuteurs. Le grand public, lui, est invité à suivre la diversité culturelle présentée et à aiguiser sa curiosité, avant de voir les œuvres physiquement.

Let’s invent a language to narrate my story

septembre 22nd, 2013 § Commentaires fermés

Let’s invent a language to narrate my story est une double exposition qui se penche sur la question de la narration dans l’art contemporain, tant
du point de vue de l’artiste que de celui du spectateur. L’exposition est répartie dans deux galeries: andata.ritorno à Genève et Dienstgebäude à Zürich. Venez découvrir cet échange entre la romandie et la Suisse alémanique!

Artistes exposés:
andata.ritorno: Beni Bischof, Sabine Hertig, Christina Hemauer / Roman Keller, Uriel Orlow, Simone Zaugg.
Dienstgebäude: Christine Boillat, Julian Charrière, Jonathan Delachaux, Joëlle Flumet, Beat Lippert, Denis Savary.

Comment se rendre sur les lieux ?

Plan andata.ritorno, Genève.
Plan Dienstgebäude, Zürich.

Médias

Affiche de l’exposition
Dossier de presse exposition Let’s invent a language to narrate my story (français)

Vidéos

Reportage art-tv.ch

Visite itinérante avec Jonathan Delachaux et Denis Savary

septembre 22nd, 2013 § Commentaires fermés

Dans le cadre de la double exposition Let’s invent a language to narrate my story, l’association art-werk propose un weekend de rencontres entre artistes et public à Genève.

Samedi 28 septembre 2013 à 14h30,

Visite itinérante en compagnie des artistes Jonathan Delachaux, et Denis Savary, participant au volet alémanique de la double exposition, et de Bernard Vienat, commissaire de l’exposition.

Etape 1 : visite de l’espace andata.ritorno. Pour Let’s invent a language to narrate my story, les artistes romands exposent à Zurich et les suisses alémaniques à Genève. Delachaux et Savary seront eux-mêmes dans la position de spectateurs, un moment idéal pour partager avec le public questions et interprétations…

Beni Bischof, Sabine Hertig, Simone Zaugg, vue de l'exposition let's invent a language to narrate my story, andata.ritorno

Beni Bischof, Sabine Hertig, Simone Zaugg, vue de l’exposition let’s invent a language to narrate my story, andata.ritorno

Etape 2 : visite de la galerie Xippas. Denis Savary y commentera une exposition qui lui est entièrement dédiée. L’occasion d’obtenir des informations inédites sur cet artiste au travail polymorphe.

Denis Savary, vue de l'exposition let's invent a language to narrate my story, Dienstgebäude

Denis Savary, vue de l’exposition let’s invent a language to narrate my story, Dienstgebäude

Etape 3 : visite de l’atelier de Jonathan Delachaux. Pour terminer cette après-midi unique, les participants auront le privilège de découvrir l’espace de création d’un artiste à l’imaginaition hors du commun.

 

Denis Savary, vue de l'exposition let's invent a language to narrate my story, Dienstgebäude

Denis Savary, vue de l’exposition let’s invent a language to narrate my story, Dienstgebäude

Visite itinérante, Rendez-vous à 14h30 à la galerie andata.ritorno, 37, rue du Stand, 1204 Genève

Réservations souhaitées : contact@art-werk.ch

A Road Not Taken – Christina Hemauer & Roman Keller

septembre 22nd, 2013 § Commentaires fermés

Dimanche 29 septembre 2013 à 17h15, le film documentaire A Road not taken de Christina Hemauer et Roman Keller sera projeté à la salle Fonction Cinéma de la Maison des arts du Grütli, en présence des artistes.

a road not taken_pic

A Road not taken c’est l’histoire d’un rêve américain. Prônant un changement radical du système de production énergétique des Etats-Unis, le Président Jimmy Carter décida en 1979 d’installer des panneaux solaires sur la Maison Blanche. Dans son discours inaugural le Président disait « A generation from now, this solar heater can either be a curiosity, a museum piece, an example of a road not taken, or it can be just a small part of one of the greatest and most exciting adventures ever undertaken by the American people » [1].

Trente ans plus tard, en 2009, Hemauer et Keller racontent l’histoire de cette voie toujours pas réellement empruntée

Cette projection permettra d’élargir le principal thème de réflexion du duo Hemauer et Keller : l’énergie. Le sujet, se retrouve également dans End of life (Contribution to the inefficiency of Poetry), exposé à la galerie andata.ritorno.

Suite à la projection, les artistes seront présents pour une discussion avec le public.

 

Projection et discussion à la Maison des Arts de Grütli, Salle Fonction Cinéma, Rue du Général Dufour 16, 1204 Genève

Début de la projection à 17h15, Entrée libre

Plus d’informations sur le film



[1] « D’ici à une génération, ce panneau solaire pourra être soit une curiosité, soit un objet dans un musée, soit l’exemple d’une voie qui n’aura pas été empruntée, soit encore il pourra simplement s’agir d’une infime partie de l’une des aventures les plus grandes et les plus enthousiasmantes jamais entreprises par le peuple américain. »

L’influence de l’école d’art, de la création au marché

janvier 12th, 2013 § 0 comments

L’association art-werk reçoit à Berne, cinq artistes de la relève artistique parisienne et propose une conférence sur l’évolution de l’enseignement de l’art et son influence, de la création jusqu’au marché. Pour participer à la discussion, seront présents cinq artistes parisiens, un professeur de l’ENSBA, ainsi qu’un doctorant en art de Zürich. » Read the rest of this entry «

Entremonde – Naïma B.

août 27th, 2012 § 0 comments

Découvrez l’installation de Jonathan Delachaux réalisée pour les Swiss awards et expliquée par l’artiste. Nouveau flash vidéo art-werk (fr).

 

« Bijoutière »

juillet 4th, 2012 § 0 comments

Le concept :
La Bijoutière est une installation mobile de Cyril Vandenbeusch. Alors que l’artiste cuisine pour 4 personnes du public, assises confortablement autour d’une table, celui-ci les sollicite à dessiner ou écrire sur le rapport entre la vie et la mort. Devant eux est posée une feuille aquarelle, de la peinture, stylos et crayons. Ces derniers commencent ainsi par faire appel à leur esprit créatif…
C’est ensuite leurs papilles qui se mettent en éveil. Préparé à l’aide d’une cuisine montée sur une charrette à vélo, les plats n’ont rien à envier aux bonnes tables européennes. Viande, poisson ou végétarien le repas n’a pas de prix. Au bon cœur des invités, l’artiste ne garde qu’une trace, l’œuvre que chacun aura réalisé pendant la préparation du plat.

A la manière d’un collectionneur, Vandenbeusch conserve les réalisations des convives. Porteur de réflexion, d’envie de création, l’artiste a fait voyager son concept du Burkina-Faso à l’Italie. La bijoutière officie ainsi aussi d’outil sociologique. La représentation de la vie et de la mort a-t-elle encore des frontières ?

Marcel Meury

juin 2nd, 2012 § Commentaires fermés

« Marcel Meury est né en Suisse et mène une vie exemplaire » révèle l’unique ligne de sa biographie disponible. Son œuvre raconte une histoire, celle d’un voyage aussi bien physique qu’intérieur. La poésie des vidéos, photographies ou installations réalisées par l’artiste ne se cantonne pas à la matérialité des objets, mais réside avant tout dans leurs démarches artistiques et participatives.

Cyril Vandenbeusch

mai 23rd, 2012 § 0 comments

Cyril Vandenbeusch, né à Genève (CH), en 1977 . De l’assiette à la galerie, de la performance à la photographie, Cyril Vandenbeusch est pour le moins polymorphe. Dans toutes ses créations, qu’elles soient performatives ou « installatives », l’artiste genevois reste toujours en lien étroit avec la nourriture. De l’Europe à l’Afrique, il fait voyager ses concepts, études socio-artistique d’un nouveau genre.

Jonathan Delachaux

mai 23rd, 2012 § 0 comments

Jonathan Delachaux, né à Môtiers (CH) en 1976. On l’a vu gagner les bourses fédérales à deux reprises (1999, 2002), être exposé à l’Armory show (2010), à la FIAC (2008). Depuis sa première exposition, alors qu’il n’avait que treize ans, Jonathan Delachaux impressionne par son imagination et son style affirmé. Son univers pictural est constitué de trois protagonistes en pâte à modeler, qui réapparaissent sans cesse et qui le suivent depuis 16 ans déjà.